mardi 24 avril 2018

L'hémorragie de la délivrance : parlons-en.

L'hémorragie de la délivrance est un sujet qui est bien peu (voire pas du tout) abordé par les sages-femmes ou les médecins. J'ai eu très peu d'informations à ce sujet, et peu de personnes pour répondre à mes questions. Or, j'ai vécu cela et j'aurais beaucoup aimé que quelqu'un soit là pour m'en parler... Alors voici mon témoignage.

  J'ai accouché à la maison (voir mon témoignage en vidéo) et, malheureusement, j'ai fait une hémorragie du post-partum ; un fragment du placenta était resté accroché et la délivrance (moment où le placenta est expulsé) n'a pas pu se faire, c'est ce que l'on appelle la rétention placentaire*. C'est l'une des causes possibles de l'hémorragie, l'autre cause étant l'atonie utérine. Les contractions ont donc continué, accompagnées de saignements abondants : c'est ce que l'on appelle l'hémorragie de la délivrance.
Comme le placenta n'était toujours pas sorti, et qu'aucune des deux sages-femmes que j'avais consulté pour un accouchement à domicile n'était venue, j'ai dû aller d'urgence à l'hôpital, où le placenta a été expulsé et où une sage femme a retiré le morceau restant.

Tout s'est très vite enchaîné ensuite, car j'ai dû être transfusée, et mon mari a entendu plein de discours culpabilisants... Et là : rien. On m'a dit que j'avais fait une hémorragie de la délivrance et que j'avais perdu beaucoup de sang, mon mari a même entendu un "un peu plus et elle était stérile" cinglant... Mais aucune réponse n'a été donnée à nos questions. Face à ce manque cruel d'informations, je me suis renseignée par moi-même pour connaître les causes et les conséquences.

Quelles peuvent être les causes de l'hémorragie du post partum ?

Un accouchement très long ou au contraire se passant très vite, un bébé très gros, une fin de grossesse agitée, une carence en fer, des facteurs psychologiques... Les raisons sont en fait assez floues, il n'y a pas vraiment de profil type.

L'hémorragie de la délivrance rend t-elle stérile ?

Alors non, l'hémorragie de la délivrance ne rend pas stérile, je vous rassure immédiatement. J'ai lu depuis de très nombreuses histoires de maman ayant eu de nouveau des enfants après une hémorragie du post partum. J'ai eu l'occasion de discuter avec une maman qui avait fait une hémorragie lors de son premier accouchement, et à qui ce n'est jamais arrivé de nouveau par la suite. La personne ayant fait cette remarque à l'hôpital faisait référence à l'hystérectomie qu'exigent certains médecins à la suite d"une hémorragie, dans certains cas... Et que bien heureusement je n'ai pas subie. Je ne peux pas vous en dire davantage sur le sujet car il y a malheureusement très peu de références et d'informations. La femme étant toujours honteusement infantilisée à l'hôpital, c'est apparemment assez courant d'entendre ce genre de propos...

Comment se sont passées les suites de couche ?

Le retour de couche a été très long, un peu plus de 13 mois ; en même temps, j'allaite toujours, et le retour de couches est toujours plus long avec l'allaitement. Pour ma part, il a fallu deux - trois cycles menstruels complets avant que les règles ne redeviennent comme avant ma grossesse.
       Et la pratique du flux instinctif ? Difficile (très difficile même) à remettre en place, il m'aura fallu plusieurs mois pour réhabituer pleinement mon corps. La difficulté ne résidait pas seulement dans le contrôle, mais aussi et surtout dans le manque d'énergie. Je n'avais pas la concentration nécessaire, et la mise en place a donc pris plus de temps.

Comment compenser les carences après une hémorragie ?

Pour ma part, j'ai refusé le traditionnel tardiféron au profit d'un complément plus naturel et compatible avec l'allaitement, le Floradix Fer & Plantes, qui existe en comprimés ou sous forme liquide (plus puissant et efficace). Comme j'ai été transfusée, j'ai eu des contrôles réguliers par la suite. Pour information, le Floradix peut aussi être pris lorsque l'on est enceinte.
Par ailleurs, la chute de cheveux post-partum a été telle qu'après presque huit mois de diverses chutes de cheveux importantes arrivant par vagues, j'ai dû couper 20 centimètres en août de l'année dernière pour retrouver de belles pointes ! Là aussi, j'ai fait une dernière cure d'un mois de Floradix, et plus aucune chute de cheveux ne s'est déclenchée par la suite. 

Quels sont les risques pour les prochains accouchements ?

Le fait d'avoir eu une hémorragie de la délivrance ne veut pas dire que cela va arriver systématiquement. Les accouchements suivants peuvent très bien se passer sans aucun problème. Chaque grossesse est différente et chaque accouchement également. Cela dit, par précaution, les sages-femmes considéreront que le risque est plus élevé chez vous si cela vous est déjà arrivé. Les grossesses suivantes seront un peu plus surveillées !

Hémorragie de la délivrance :
Le facteur psychologique.

    Voilà quelque chose qui n'est absolument pas abordé sur le net, et très peu par les sages-femmes. Le facteur psychologique a toute son importance dans le déclenchement d'une hémorragie du post partum.
Il convient de se poser plusieurs questions :
- A t-on subi des pressions de la part de l'extérieur, de l'entourage ? Notamment lorsque l'on a exprimé le désir d'accoucher chez soi - ce qui est la norme dans les pays scandinaves mais pas chez nous...
- S'est-on trouvé dans des situations très stressantes, en mouvement perpétuel, y a t-il eu des facteurs d'angoisse ?
- Lors de l'accouchement en lui-même, a t-on subi des pressions (plus courant lorsque l'on se trouve à l'hôpital)..?

Autant de questions auxquelles vous êtes la seule à pouvoir connaître la réponse, encore une fois. Tout cela reste de l'ordre de la supposition, de la suggestion ; mais quand on sait à quel point le psychique peut impacter le physique, ce n'est certainement pas quelque chose à prendre à la légère.
Je ne saurais que trop vous recommander de prendre vos distances, voire de couper carrément les ponts, avec un entourage malveillant et surtout lors d'une grossesse.
L'hormone du stress, le cortisol, peut en effet avoir des effets néfastes chez la mère mais aussi chez l'enfant qu'elle porte. Pourrait-elle être une des causes de l'hémorragie ? Personne n'a su clairement me répondre, mais s'il est évident que le stress augmente les risques, on peut se poser la question. Il est donc essentiel d'essayer de se couper totalement des relations empoisonnantes auxquelles on peut faire face. Avoir, en parallèle, des personnes près de vous pour vous défendre face aux remarques culpabilisantes et déplacées que peut faire l'entourage est aussi très important.

J'espère que ce témoignage vous sera utile.
N'hésitez pas à témoigner vous aussi par commentaire si vous avez vécu une hémorragie de la délivrance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire